Max Vernik : l’homme qui fait fortune en vendant des choses inutiles



Max Vernik

Oubliez « Les Trois de Prostokvashino », l’art de devenir riche en vendant des objets inutiles a trouvé son héros dans la vie réelle. Il s’agit de Max Vernik, un russe qui a fait de la brocante son domaine de prédilection. À 33 ans, l’entrepreneur peut se vanter de faire de l’argent, beaucoup d’argent en revendant des objets qui ne servaient plus à leurs propriétaires.

Une histoire qui commence à 14 ans

L’amour pour les objets anciens, Max le découvre à 14 ans lorsqu’il part du foyer familial de Pern pour se rendre dans la ville d’Odessa. C’est là qu’il rencontre Iouri Faïngout, un antiquaire chez qui Max apprendra toutes les ficelles du métier. Le jeune garçon se trouve alors une vraie passion pour ses objets anciens et compte bien en faire son métier. En 2 000, Max décide de vivre à Moscou et commence une carrière de prêteur sur gages. Il côtoie déjà des objets anciens confiés par ses clients contre de l’argent. 10 ans plus tard, le business de Max lui rapporte beaucoup et lui permet d’acheter un appartement et d’ouvrir huit points d’achat d’or.

Une boutique qui marche très bien

 

Après un échec dans la vente d’iPhone, Max ouvre en 2014 sa brocante. Il rachète alors à moindre prix des objets dont les propriétaires souhaitent s’en séparer. Il les revend ensuite dans sa boutique. Selon lui, il ne fait aujourd’hui que des bénéfices, son investissement de 2014 ayant été amorti en seulement six mois.

02 2016 1343 Consultation(s)